Mon chemin de vie

Le souvenir d’un être cher peut parfois réconforter et permettre de garder la tête hors de l’eau. Garder cette présence, au fond de son cœur et se demander à quel point elle ne serait pas réelle…
Sentir cet amour au fond de soi, rester attentif à ces sentiments et sensations…

Dans un petit cœur d’enfant, la question ne se pose pas et l’on grandit avec cette vérité. On prie dans la peine, mais l’on sait ou se situe la réalité. Puis on grandit, on devient adulte  et  les doutes s’installent, l’amour que l’on ressentait est remplacé petit à petit par la douleur, la peur et la colère… Et l’on se perd !

Mais la vie nous fait le cadeau de mettre sur notre chemin, les situations et personnes adéquates pour que nous puissions comprendre parfois que ce chemin est celui que nous avons choisi, sur lequel nous avons à grandir, à accomplir et à expérimenter.

Enfant, adolescente, j’avais des certitudes, des convictions qui se sont approfondies avec l’école, les ami(e)s, les conférences scientifiques, les livres… Je pensais sincèrement que je savais ou se trouvait ma route.

Mais parce que les émotions peuvent  s’ancrer à l’intérieur du corps  et devenir paralysantes, handicapantes… on finit par ne plus avancer, on reste bloqué dans nos souffrances et l’on n’agit plus que par instinct de survie. Nous perdons tout discernement, toute dignité, tout amour propre et le chemin se fait de plus en plus violent…. Décourageant !

(Et pourtant !)

Alors, je me souviens… Il y a quelques années encore je réagissais différemment à ce genre de situations ! Que se passait-il ? Pourquoi je ne pouvais plus réfléchir et agir raisonnablement ?

Il m’a fallut 20 ans pour perdre mon cœur d’enfant et autant pour le retrouver.

Quand la vie devient si dure, que l’on se sent pris dans une spirale infernale. Les couleurs deviennent ternes, les sons agressifs, et les odeurs nauséabondes. On ne pense pas, à ce moment là, que la lumière reviendra un jour. Mais l’on se souvient… de cet amour qui brillait dans notre cœur et nous chauffait l’intérieur.                                 

Et l’on espère !

Inconsciemment cette prière fait son chemin, et la foi revient doucement frapper à la porte. A nouveau attentif à ce qui se passe autour de soi, on se rappelle comment font les papillons pour voler, les oiseaux pour chanter… et le soleil se remet à briller de nouveau, doucement derrière un voile plus léger. Alors on prie encore, même si l’on ne croit pas, même si dieu n’existe pas…

il y a forcément quelque chose là, derrière qui impulse. Une énergie, une puissance.

Et si elle pouvait m’apporter ce que je lui demande, comme avant ? Juste parce que je le pense très fort au fond de moi ! Juste parce que je le crois !

Le chemin est long pour croire à nouveau, mais nous l’avons tous vécu à un instant donné, sachons nous rappeler.

C’est à ce moment là que j’ai aperçu le bout du tunnel… au loin… et je m’y suis accrochée.

Aujourd’hui j’ai encore du chemin à parcourir, et je le fais auprès de ceux qui en ont besoin, pour les aider à comprendre leurs douleurs, leurs peurs et à retrouver le souvenir de ce chemin intérieur qui est le leur. Pour guérir de ses blessures, pour prendre soin de ce corps qui nous porte tout au long d’une vie. Pour le libérer,  pour que l’esprit lui même se sente libre.

  • En 1995 : Reiki occidental, 1ère approche du soin énergétique.
  • En 2007 : la vie m’a mise sur le chemin d’Hervé CHAMBON avec qui j’ai commencé à voir le jour et appris l’ostéopathie et la Kinésiologie.
  • En 2011 : j’ai fais la connaissance de René BLIARD, maître REIKI JIN KEI DO avec qui j’ai ouvert mon cœur et commencé à ouvrir ma conscience. 2 premiers niveaux d’initiations au REIKI JIN KEI DO.
  • En 2013 : j’ai rencontré Françoise NALLET, thérapeute par la mémoire cellulaire avec qui j’ai beaucoup appris, que ce soit en soins ou en séminaires et avec qui je me suis épanouie.

J’ai grandi auprès de ces trois maîtres d’apprentissages, j’ai posé mes valises de souffrances et aujourd’hui je peux dire… MERCI !!!

Merci à la vie de les avoir mis sur mon chemin. Gratitude pour l’énergie qui se trouve derrière, que je ne sais nommer mais dont je reconnais l’existence aujourd’hui, au plus profond de mon cœur et de mon être.

Merci aussi à mes parents, pour m’avoir mise au monde et sans qui je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui. Merci à mon frère et  ma sœur pour ce que j’ai appris à leurs côtés, à mes enfants qui me font grandir chaque jour et à mon compagnon si patient, sans qui je n’aurais pas pu accomplir tout ceci.

Merci à tous ceux que j’ai rencontré dans ma vie.

Merci aussi à vous, sans qui je ne pourrais continuer à apprendre de cette vie invisible qu’est le soin énergétique.

Merci !