La vie, Le corps, les symboles

La symbolique du corps englobe la totalité du personnage. Dans ce qu’il est d’être incarné, c’est à dire né dans ce monde mais aussi dans ce qu’il est d’être subtil, dans son énergie propre d’âme, d’esprit avec ce qu’il est venu vivre et expérimenter dans cette vie en rapport avec ce qu’il a vécu auparavant.
Nous allons faire un point rapide sur le Yin et le Yang, sur le ciel antérieur et le ciel postérieur pour comprendre la dynamique de l’énergie dans son ensemble.
La synthèse que nous vous proposons ensuite vous donnera un aperçu de ce que vos douleurs peuvent vous dire. Mais il sera important pour vous, d’aller visiter votre intérieur, de vous regarder en face et de regarder ce qu’est votre vie pour comprendre le sens de ces idées. Par rapport à ce qu’est votre existence puisqu’elle est intimement lié à ce que vous vivez et avez vécu.

Alors, bonne lecture et bonne introspection !

Afficher l'image d'origine

Tout d’abord,  le « yin » et « yang », deux énergies complémentaires sur lesquels se fonde toute vie. Mais il est aussi aussi le symbole de la dualité. Ces deux énergies se retrouvent dans tout aspect de la vie de l’univers. Qu’elle soit végétale, minérale, animale… Elle est la base de la vie et donne donc des informations sur le côté féminin, profond, bas, droite de l’énergie ou au contraire masculin, superficiel, haut, gauche de l’énergie.

Le Yin et le Yang = Féminin et Masculin = Le bas et le haut = La droite et la Gauche = Le profond et le superficiel

Mais pour comprendre cette symbolique il faut aussi comprendre comment fonctionne la vie dans son principe. Les Ciel antérieur et Ciel postérieur nous donnent le chemin de vie de l’être dans sa globalité tel que le voit le système oriental (Chinois) avec en son centre la naissance.

Ciel anté posté

Michel Odoul nous explique. Le Ciel antérieur est la phase pré existentiel de l’individu. L’ether, le sans limite ou se trouve l’âme ou Chenn prénatal qui, pour expérimenter l’intégralité des situations et émotions possibles va devoir s’incarner en tant qu’individu.

Le Ciel postérieur est la phase de l’existence après la naissance, donc de l’individu incarné. De l’être humain avec ses limites matérielles, son Ego (conscience de « Je suis un être à part entière » et non une conscience globale).

Nous voyons sur le schéma que la droite et la gauche sont inversé selon le plan. En effet, la dynamique énergétique n’est pas la même en ciel antérieur qu’en ciel postérieur, il y a un effet miroir. Elle est simplement inversé. Une problématique d’avant naissance comme par exemple une malformation sera en lien avec le système antérieur alors qu’une problématique de vie comme quand il y a fracture par exemple sera en lien avec la dynamique postérieur. Le système énergétique touché ne sera pas le même. Pour une jambe cassé à droite nous aurons une problématique Yin, en lien avec l’énergie de la mère. Du féminin. Pour un bras gauche mal-formé, nous aurons aussi une problématique Yin par ce que cette malformation aura été imprimé en ciel antérieur.

Nous garderons l’accent sur le ciel postérieur pour parler des tensions physiques qui nous mettent face à nos tensions de fonctionnement dans la vie. Tout empêchement de mouvement du corps est un empêchement d’action ou de comportement adéquat ou un mauvais positionnement.

Première partie : Les membres inférieurs

 Ils sont en relation directe avec le relationnel, comment gère t’on notre relation au monde, nos relations aux autres,  et comment nous les appréhendons.

La hanche : La porte du non-conscient relationnel.

En grandissant, nous mettons en place des schémas de vie, ancrés profondément. Des croyances. Tout ce que nous avons vu, entendu de nos aînés reste en mémoire comme référence. Ce sont les repères inconscients de la relation. Ce qui induit le comportement fasse aux autres.

Une problématique dans cette zone parle soit du positionnement que nous avons face à ces références, comment raisonnent elles par rapport à ce que nous voyons de la vie aujourd’hui. Soit par rapport au comportement que nous adoptons face à une situation qui nous renvoies à une référence qui ne raisonne pas de façon juste en nous.

Trahison ou abandon se retrouverons facilement à la source de ces problématiques.

Le Genoux : « Je – Nous » La porte ou la barrière de l’acceptation.

Elle est l’articulation de l’humilité, de la souplesse intérieur.  Elle représente la capacité à relâcher, à accepter ou reculer.

Une problématique dans cette zone parle d’allégeance, de soumission, de reddition. Comment je vais plier face aux exigence des autres. Par volonté ou par obligation…

La souplesse du roseau est sagesse.  A condition qu’elle soit une volonté dans le respect de soi, elle évitera bien des casses.

La cheville : La porte de l’implication, de la décision.

L’articulation de nos positions, de nos critères de vie par rapport à l’autre. Notre capacité à décider et a nous impliquer.

Les tentions de cheville parlent d’un manque de stabilité ou de souplesse dans les relations.

Le pied : Extrémité manifesté de nos relations.

Symbolise nos attitudes, nos positions affirmées et reconnues, nos critères de vie, nos idéaux. Le rôle officiel que nous jouons. Il nous permet d’avancer ou de camper sur nos positions.

Les tentions du pied parlent du manque de fiabilité, de stabilité ou de sécurité de nos positions.

La cuisse, le fémur :

Se manifeste ici les tentions dû aux mémoires ou blessures qui remontent à la surface et que nous refusons de voir. ou à l’inverse d’un vécu ou d’une expérience accepté dans le mental mais pas encore au fond de soi.

La jambe, mollet, tibia et péroné :

Les mémoires ou blessures anciennes, qui remontent à la surface (hanche) et sont acceptées (genoux) doivent être intégré dans nos concepts de relation au monde avant de décider de mettre en pratique(cheville).

La difficulté à intégrer, accepter les changements d’opinion ou de position en rapport à un point de vue habituel. Nos positions sont tellement ancrées au sol que la torsion imposé par l’extérieur est trop forte.

Réf : Annick de Souzenelle « Le symbolisme du corps humain »                           Michel Odoul « Dis moi ou tu as mal, je te dirai pourquoi »

Dans un autre registre mais qui pourra compléter vos connaissances sur le fonctionnement de l’être, et sur la symbolique des nombres :  Sonia Othenin-Girard « Architecture du destin » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *